:

Vagabondage des idées

 

Bon Noel et An 2014.

 

               Bon Noël   et bonne année 2014.

Souhaitons à tous une bonne santé et 

la paix sur cette terre attachante

mais si vulnérable ...

Lucarne en fonte que j'attribue à VORUZ

            En me promenant à Chantenay, boulevard de Bougainville exactement, un détail de construction a attiré mon attention et m'a immédiatement alerté .

             Une lucarne manifestement moulée , sombre, rouillée, donc en fonte dans un endroit très proche des usines et des chantiers de la famille VORUZ existe encore et résiste au temps.

               Lors d'une visite des extérieurs du château de BRIORD  à Port Saint Père, j'avais remarqué que des baies,  sur les tours  au premier étage, avaient été percées lors de travaux réalisés sur les ordres de Jean Simon VORUZ. Les balcons saillants avaient été réalisés en fonte pour les entablements ainsi que les garde-corps également moulés, ajourés, sombres, rouillés eux aussi . Cela choquait un habitué du " Bâtiment " .

   Et ici, même constat ... Je pense avoir reconnu la patte de VORUZ qui s'est essayé un peu à tout y compris dans certains ouvrages répétitifs du " bâtiment " comme aussi des colonnes en fonte et poutrelles en aciers de soutien pour agrandir les baies des magasins en ville .entourage-de-lucarne-en-fonte-certainement-du-a-voruz-brd-de-bougainville.jpg

entourage-de-lucarne-en-fonte-certainement-du-a-voruz-brd-de-bougainville-1.jpg


2011-04-09-brord-voruz-est-passe-par-la.jpg


   Jean Simon Voruz a acheté Briord pour son petit fils Jean Baptiste Etienne  héritier des raffineries Say. Il  a consacré ses vieux jours à rénover ce château et y a fini sa vie. Les dépendances ont une ressemblance frappante avec la tour Voruz de la Bernerie en Retz

2011-04-09-briordtour-hexagonale-dito-la-bernerie.jpg

 2010-09-14-08dc.jpg

Les berlingots nantais

   

      Au XVIII ème siècle, une sorte de macaron passe en France via les chemins de Provence venant de l'Italie .

      Il se nomme le " berlingozzo " , devient au fil du temps et grace aux moines de l'Abbaye de la Meilleraye  ( elle vient de fermer ses portes ) le " berlingot " .

      Les abbayes avaient le droit de posséder des ruches donc le sucre et les sucreries .

   La maxime de ces bonbons de Nantes était :

   Achetez des berlingots d'Amérique pour guérir la colique et faire pousser les dents de vos enfants .

    En 1870, la ville du " Sucre " venant des Caraïbes  devint la capitale des "  BERLINGOTS " , dont les " menthes " étaient appelés les " piquants " .

   Il ne  reste plus qu'un seul fabriquant de bonbons à Nantes regroupant deux enseignes :

BONTE et PINSON  .p1040691.jpg 

p1040676.jpg

 

     Il ne reste plus également qu'une seule raffinerie nantaise de sucre :  Béghin Say 

1-0012-2011-04-10pont-sncf-sur-la-loire-et-usine-beguin-say1-3.jpg

 2010-12-05min-2-1.jpg

          Et savez vous comment s'appelait la petite coiffe portée par les nantaises qui vendaient des sardines, du lait, et tous produits vendables à la sauvette ou sur un étal de rue....un " berlingot " bien sûr .